[RENCONTRE AVEC] IPHAZE à LE CAP, Université Paul Sabatier, TOULOUSE le 6 Mars 2015

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Pour les écouter il faut être averti et aimer le Dubstep et le Drum’m’bass.

.

Cela dit, Toch et Jean du duo Batterie/Machines IPHAZE nous ont reçu ce vendredi soir à la salle le Cap de l’université Paul Sabatier Toulouse 3 juste avant leur concert dans l’étroitesse de leur loge pour nous parler de leur grandeur d’esprit. Nous aurions pu rester là des heures à dialoguer avec eux.

Ils ont parcouru des milliers de kilomètres en France et en Europe, le tout pour leur musique et restent en quête perpétuelle de l’âme humaine.

.

Vous êtes un duo peu commun, une batterie, des machines, quelle est l’idée de cette association musicale hybride ?

Ensemble nous avons élaboré un rapport a l’énergie qui est un peu différent des groupes en général car nous jouons de profil au public. Avec nos mouvements nous amenons le public avec nous, dans un déplacement d’énergie, un flux. Cela enrichit vraiment ce que nous visons, en particulier communiquer et transmettre des idées, des éléments, des questionnements, plein de choses qui amènent à réfléchir en général. Nous essayons de créer de l’émotion chez l’être humain. Nous avons comme un troisième musicien qui nous accompagne en live. C’est la vidéo qui est derrière nous, elle est synchronisée à notre musique, et tout y est argumenté ainsi. Grâce aux samples couplés aux vidéos engagées et plus ou moins métaphoriques, chacun peut interpréter de différentes façons ce que nous voulons dire. Nous laissons une place à la réflexion, à l’esprit et malgré tout nous guidons d’un coté psychique qui reste cela dit physique car nous jouons du Sub, de la grosse Bass et c’est une chose qui se transmet nous aussi avons de grande sensation. Ainsi nous mêlons nos émotions et sensations à notre public. Comme ça on véhicule notre façon de penser dans un seul but d’humanité. C’est totalement philosophique. Nous avons voyagé et vu bien des choses, et donc dans notre message nous essayons de casser certaines barrières et dénoncer tout cela.

/

Quelles sont vos influences musicales ?

C’est compliqué, comme tous nous avons eu des phases depuis l’adolescence, punk rock, hard rock, jungle au début des années 2000, et aujourd’hui on remixe le tout en fait, on peut écouter du vieux Kiss, du Reggae, tout et n’importe quoi, du jazz, du classique, voir même du baroque, car tout a un lien au final. Selon nos humeurs, on re-pioche dans différentes époques. Nous écoutons aussi ce qu’il y a de plus commercial de manière à apprendre de leur technique la production d’un titre, de l’enregistrement à la commercialisation. Tout ceci mine de rien est enrichissant.

Il y eu une période ou musicalement nous étions très fermés. Il était inconcevable pour nous de faire de la musique sans instruments, nous étions minots, mais pour nous la musique électronique n’était pas de la musique. Et heureusement en grandissant, il y eu l’ouverture d’esprit qui nous a permis d’en être ici aujourd’hui. Nous trouvons dommage ces gens qui encore aujourd’hui restent enfermés dans leurs carcans musicaux, et qui font encore et toujours les mêmes choses car ils ne voient tout simplement pas plus loin que le bout de leur nez. Il est important de s’ouvrir à tout et de s’essayer à l’expérience.

/

Vous sortez ce vendredi numériquement votre nouvel album, visiblement cet album nous réserve une tout autre évolution musicale, vous pouvez nous en parlez ?

Oui aujourd’hui c’est noël ! (rires)

C’est juste l’histoire du groupe, ou dans ce sens-là nous n’avons jamais été fixés dans un style musical. C’est-à-dire que le premier album est électro-dub, le second est Dub & Bass, le troisième s’attaque à la Bass-music, et désormais nous sommes inscrit dans un grand tiroir ou on est signé Drums & Bass / Dubstep, mais où il y a une partie qui est quand même inclassifiable, c’est cela qui en fait créer le shunt. Bien évidemment on a un public aujourd’hui qui n’est pas le même qu’auparavant, ça brasse, et maintenant il y a des gens nouveaux qui arrivent et ce beaucoup plus nombreux qu’autrefois et heureusement d’ailleurs, alors que les anciens eux, vont mettre un petit commentaire disant « moi, j’ai lâché ». On en perd mais on en gagne beaucoup plus. Malgré tout la création se fait dans la vibration, la question est de se poser qu’est-ce qu’il nous fait vibrer ? Tout simplement. L’idée est de ne pas être figé et de faire la musique dont on a envie. Peut-être que stratégiquement, commercialement nous aurions dû avoir une ligne, un business plan, rester dans des courants inépuisables, mais pour IPHAZE ça n’aura jamais été l’intérêt, sans être forcément sectaire, nous faisions juste à une époque une musique qui nous correspondait et aujourd’hui c’en est une autre. Chacun de nos albums a été une transition entre chaque style, nous sommes loin d’être figés et c’est loin d’être stratégique, nous vivons juste avec notre temps et ce passionnément.

.

Quelle est la suite pour IPHAZE ?

Quelques festivals en Europe ou nous partagerons de belles têtes d’affiche et quelques salles, le kif de faire jumper dix milles personnes en même temps. De par ce que nous faisons nous trouverons quelque chose qui nous unis tous et qui ressemble à un dancefloor, nous créerons une osmose qui nous feras entrer dans les gens et nous les laisserons s’abandonner à notre musique.

.

La suite sens juste très bon…

Ce soir-là, ils nous ont offert leur nouveau spectacle.

À travers une mise en scène d’une qualité irréprochable, près de 300 personnes se sont laissées emporter par le séisme qu’est IPHAZE. Ils auront diverti nos sens grâce à leurs vidéos, leurs jeux de lumières et leurs sonorités massives.

.

Retrouvez leur nouvel EP « Burst » en téléchargement sur Bandcamp : http://iphaze.bandcamp.com/ :

Propos recueillis par GRETCHEN PHOTOGRAPHIE

;

FACEBOOK IPHAZE   ♦    SITE OFFICIEL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s