Chantons Contestataire # 5 par Gwen – Allons voir ailleurs…

ailleurs.En me levant ce matin, je me suis dit : « Tiens, qu’est-ce que je vais bien pouvoir raconter aux Actuzikos ce matin ? ».

Comme à l’habitude, je fouille, je fouine dans les informations du moment, relents nauséabonds dans l’air du temps.

Après m’être attardé sur les frasques de Zemour et cette sale manie qu’il a de travestir la vérité, d’avoir une fois de plus fait le constat amer que derrière de simples quenelles se cache l’ignorance nécessaire à l’extrême droite pour raviver sa flamme, je me suis dit : « Bon, je ne vais pas encore faire une chronique sur ces empêcheurs de se mélanger en rond ! ».

Alors, je suis parti me perdre ailleurs, pour voir si j’y étais,  et j’ai trouvé de quoi m’alléger le cœur pour la semaine au moins.

Il y a, au-dessus de tout le marasme médiatico-politique, des gens qui courent le monde à la recherche de nouvelles expériences, ou l’autre ne serait pas « l’étrange étranger », mais un partenaire pour un moment d’échange ou s’entremêleraient les identités plurielles. C’est, « entouka »,  le sentiment que j’ai eu en écoutant Rivière Noire :

.

.

riviere nopire.Je m’égare un peu du mon sujet de chronique, me diront Fabien et Ben, rédacteurs en chef de notre webzine vénéré, et en effet, nous sommes loin de la chanson Contestataire. Cependant, lorsque des voix de mécréants cherchent à justifier  leurs petites existences en se raccrochant à des étendards ou autres édifices quelconques à la gloire de je ne sais quelle lubie,  ceux qui trouvent en l’Autre une caisse de résonance pour leur mots ou leur notes deviennent  irrémédiablement des contestataires dignes de ce nom.

Je me suis rempli du même bonheur, quand Serge Teyssot-Gay et Khaled Aljaramani mélangeaient « l’électrique et l’acoustique, les effets modernes aux sons traditionnels, la guitare et l’oud, l’Occident et l’Orient » :

.

.

interzone

.

A cette époque où de sinistres cuistres avaient obtenu le pouvoir à coup de « choc des civilisation »,  le mélange des « genres » qu’imposait Interzone était quand même le bienvenu.

Bien d’autres viendront allonger la liste des bâtisseurs de ponts entre les mondes que d’aucun voulait voir se confronter. Tant mieux, et morts aux cons qui souhaiteraient nous enfermer dans des identités qui ne seraient pas les nôtres. Pour finir sur un son rock qui accompagnerait notre semaine à venir, je vous propose un standard :

.


.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s