[ROCK ON THE WILD SIDE] by N.C #10 – The Allah-Las

Allah-Las psycheeeeA l’aube de 2014, l’heure est aux rétrospectives en tout genre. La bedaine bien tendue du à un trop plein de contentement gustatif via l’orgie de foie gras et de dinde aux marrons, on voit alors fleurir à travers nos yeux mi-clos tout un tas de classements qui nous rappelle à quel point l’année passée a été top : top 10 des meilleurs albums, top 5 des meilleurs concerts ou top 3 des phrases les plus connes de l’année. La gueule enfarinée et la langue pâteuse, éloignant d’un geste désinvolte les bonnes résolutions du nouvel an (fait bien longtemps qu’on a compris qu’on ne les réaliserait jamais), on se retrouve contraint d’avoir la face écrabouillée contre le rétroviseur. Alors, quitte à devoir ressasser les « vieilleries » qui brillaient encore il y a quelques mois, beh j’ai décidé de vous parler d’un groupe dont le dernier et seul opus date, non pas de 2013, mais de 2012. Une fois n’est pas coutume, direction l’ouest rêvé tapissé de brume et le petit brin de soleil qu’est  la Californie, terre de promesses et d’extravagance, maintes fois louée et chantée (merde, mais pourquoi j’ai cette chanson de Julien Clerc dans la tête…).

Allah-Las at Rough Trade

C’est en travaillant sur Sunset Boulevard à Los Angeles, dans le légendaire magasin de disque Amoeba, que les quatre mecs des Allah-las se sont rencontrés. Passion commune du vinyle et enthousiasme érudit à l’écoute d’une guitare Murph Squire à 12 cordes animent les membres des Allah-las. Il existe peu de doutes sur le fait qu’ils apprécient des groupes comme les Byrds, les Zombies, les Easybeats, Love et j’en passe. Mais le premier Lp éponyme, produit par Nick Waterhouse, s’il rend hommage à cette époque d’or que représente la deuxième moitié des années 60 avec la folk psyché de la côte ouest et l’invasion des groupes britanniques, n’est pas pour autant un objet nostalgique ni un duplicata sans saveur louchant vers des temps révolus. Ok les mèches sont volages et la coolitude qui se dégage fait penser aux grandes heures de feu Steve McQueen. Mais si l’on regarde au-delà de l’image rétro à la mode et de la posture désabusée, on perçoit une fraicheur nimbée de fausse insouciance qui demeure intrigante. Ils ont l’élégance lointaine, presque aristocratique, de pondre des chansons résolument simples et qui sonnent extraordinairement bien. Il y a plusieurs moments mythiques sur cet album comme la fameuse intro de « Sandy ». Time after time girl. Déploiement des doigts sur les cordes.

Ne cherchez pas à les comparer à leurs compatriotes tels que les flamboyants Growlers ou les fougueux Oh Sees, les Allah-Las dépassent le mariage pop folk garage qu’on leur attribut pour se distinguer, comme tous les bons groupes, par un son, qui leur appartient. Outre le fait qu’ils contribuent à créer de très bonnes compilations sur Radio Reverberation, un nouvel album est annoncé pour le courant de l’année. En attendant, il vous est fortement conseillé de découvrir ou de redécouvrir ce groupe et d’écouter leur album (il tient chaud l’hiver oui oui).

Je laisserais le mot de la fin à un jeune homme à l’œil vitreux qui, un dimanche soir venteux, nappé dans un manteau en fausse fourrure noire déniché le matin même au marché aux puces, n’en avait pas pour autant l’âme desséchée de poésie. Exploit notable quand on a deux nuits blanches dans le nez. C’est à ce moment là que je le rencontrai. Pour preuve, ces quelques vers écrits en hommage aux Allah-las sur le dos de flys teintés de bières qu’il trouva sur le comptoir :

St Pierre en eut les sacro-saintes clefs,

Mohamed en fut un faste prophète…

Allah s’épancha et larmoya

« Fils de peu de foi

Le rock est LA las »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s