[France en Scène] #42 by Cathy – DETROIT

detroit 2

Dans mon monde à moi, il y a les bons et les méchants, le bien et le mal, la gauche et la droite (dans cet ordre là), le lard et le cochon. Et je perds beaucoup du temps de ma courte existence, ainsi qu’une bonne partie de ma santé mentale, à passer chaque personne (y compris moi) et chaque geste (y compris les miens) au tamis de mon infaillible subjectivité, pour ensuite les classer de façon définitive dans l’une ou l’autre case.

Les demi-tons, les entre-deux, c’est pas mon truc. Alors bien évidemment, Détroit, c’est mon Shadock à moi, mon empêcheur de tourner carré. Je voudrais détester, parce que d’un point de vue moral, quand même, ça s’impose, alors qu’en fait je me laisse tout bonnement hypnotiser. Et j’ai beau répéter à mon cerveau que c’est pas bien, alors même qu’il est totalement d’accord avec moi, et bien mes tripes, elles, elles disent que mon cerveau et moi on est rien que des moralistes à deux balles qui comprennent rien à l’art et qu’on a même pas d’âme. Le duel a été sans merci, mais vous l’aurez compris, si je vous présente Détroit, c’est que mes tripes ont gagné.

Alors peut-être même bien qu’avec le temps, quand un jour je serai grande, je serai envahie par la sagesse (ou la compromission, la frontière est mince…), et j’apprendrai à aimer les demi-tons et les entre-deux. Même si c’est pas gagné d’avance…

.

detroit 1.

Je vous épargnerai l’histoire de Détroit, parce que vous n’aviez qu’à lire les Inrocks pour savoir, en couverture, en pleine page, sous toutes les coutures. Au début c’est même pour ça que j’ai détesté. Et puis après j’ai écouté. Et là, j’ai fermé ma grande bouche et je me suis laissée remplir de cette poésie, de ce grain, de cette mélancolie et de ce reste de rage qui collent à la peau de certains, quoi qu’il arrive.

Alors plutôt que d’argumenter à l’infini, je vais juste vous laisser écouter vous aussi, et vider votre cerveau de toutes ses certitudes parasites sur la vie et les vaches. Les demi-tons, les entre-deux, la vie est faite de ça, quoi qu’on y fasse, et parfois ils vous rattrapent au vol, même quand on court très vite, et ils vous rendent un tout petit peu plus humbles. Un peu comme avec Détroit en somme…

.

Droit dans le soleil

.

Le creux de ta main

.

Horizon

.

Le site de Détroit c’est là

.

Et le Facebook c’est là

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s