[Live Report] Shannon Wright – Toulouse – Jeudi 14 Novembre

« Rock’n’Roll! » comme dit Sean Bateman dans les Lois de l’attraction de Bret Easton Ellis !!
Des mois à rester sur sa faim, à rogner des concerts de ci de là pour espérer voir la petite pépite qui te fera vibrer corps et âme tel un chipmunks sous exta ! Et mon ami, ça y est, tu es récompensé ! Les heures, que tu as passées à vomir du sang par les oreilles et les yeux, sont enfin terminées !! Tu pourras enfin te délecter, mon ami, mon frère, que dis-je mon alter égo, de ce dont tu souhaitais, sans trop y croire, le soir tard devant le saint cercueil ! Couverture, oreillers et couette te berçant d’un sommeil sans quiétude… Mais au moins sponsorisés par Ikéa ou autres vendeurs de rêves à bas prix et aux noms imprononçables!
 Les bons groupes, c’est comme les amis, ils ont le don et le droit de t’hérisser le poil, de te contenter, de savoir jouer sur la corde sensible, quitte à te mettre des bonnes grosses baffes quand tu en as besoin ! Ce soir, j’ouvre ta prison, ne t’inquiète pas, je serai présent, je prendrai soin de toi, tu ne manqueras de rien et d’un même être, sortiront, la conscience, la sagesse et la beauté réunis… Oh mon ami, nous ne ferons plus qu’un ! Après tant de rendez-vous ratés, de perte de temps et autres fausses blagues de l’ami contemporain, nous saurons apprécier l’inéluctable besoin du voyage par et pour la musique. Un jeudi soir pluvieux et froid, tu as envie autant de pleurer, que de boire, que de cracher ta haine et ton amour aux visages de tout un chacun ! Ça tombe bien, oh mon ami, mon frère ! Suis moi, prends un shoot de Jagger et 2 pintes, et suis moi au travers des méandres de la musique d’une artiste de talent. Fais-le sans complexe et sans peur. Ses chansons vont essorer tes besoins actuels avec une chaleur et une intensité, qui ne sont que rarement atteintes…
Et là, grâce à la bonne vieille technique dite du :
– « T’as vu, j’ai 2 pintes remplies à ras bord, tenues à bout de bras… J’espère que tes cheveux et ta veste aiment le houblon! »
ou
-« Fais-moi une place, ça vaudrait mieux pour tout le monde, tocard! »
Tu te retrouves devant ce petit bout de femme prête à t’emmener là où elle le souhaite et dont la chevelure ne laisse ressortir que sa bouche magnifique et un œil plein de malice. Les réglages sont faits et bim, premier crochet du droit en plein cœur ! Elle commence fort la bougresse ! « The Caustic Light » du dernier album !! Le bassiste et le batteur de Shipping News sont là et ils comptent bien participer à ton bien-être/mal-être aussi loin que tu puisses le soutenir et l’accepter ! L’émotion est là, la puissance aussi, ça égrène du riff mêlant violence  et amertume. Tous les ingrédients sont présents pour faire de cette soirée une romance noire et électrique ! Sa voix est merveilleusement douloureuse, ses paroles sont libération, sa haine non inventée. En tant que ptit mec, bah t’es bien douloureusement d’accord avec elle sur le fait que les vrais bonhommes, y’en a pas légion… L’amour et la haine, la tempérance et le désir forment une dualité évidente, et toi tu retiens tes larmes.
Shannon-Wright
Tu reprends ton souffle, c’est pas simple vu la décharge… Et boum, 2ème crochet et uppercut !! Arghhhh… Tu vacilles, la chanson « Fractured » maintenant… T’es sur ? Elle veut maintenant s’attaquer à tes viscères et ton esprit, elle ne veut pas que tu l’oublies et non, en effet, le clou est enfoncé trop profondément pour cela… « Black Little Stray » continue le taf, pas de répit pour les hippies ! Tu es en transe, ton ami n’a pleuré que deux fois, c’est étrange d’être aussi heureux et de se sentir aussi mal…! Tu n’as pas eu le temps de te relever ! Elle continue sur la lancée avec « Commoner’s Saint »! Bouleversant et noise à souhait ! Dieu que j’aime cette femme ! De sa frange démesurée ne s’échappe que  des rictus éprouvants qui se tordent en cris de douleur. Nous l’accompagnons d’un jet de shooter… Je me sens pousser des ailes, mon ami le contraire, englué sur la piste et planté devant elle, il attend… Chacun son tour…
Lorsque qu’elle entonne « You’ll Be the Death of me », la salle ne fait plus qu’un bloc de mélancolie, le plus beau se passe là et maintenant… Elle te relève et tu la suis encore et encore… Je verse une larme à ce moment précis, lorsqu’elle finit sur « No hope for you, no hope for me… you’ll be the end of me or her, I’ll wait for you…. »
shannon
Je ne le dirai jamais à mon ami car je souhaite garder ce secret près de moi, mais lorsqu’elle finit, seule sur son piano et merveilleuse de simplicité, j’ai enfin pu apercevoir ses yeux. Nous laissant sur le carreau après un dernier rappel, l’oiseau bleu était sorti de sa cage ce soir-là. J’espère qu’il sera en lieu sur dans une autre cage et qu’il continuera à chanter pour longtemps, à l’abri des regards inopportuns! Le 14 novembre était de toute évidence une libération !
Merci à Shannon , merci à Shipping News et merci à la pluie, tout était parfait !
Jv alias team piloute

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s