[Rencontre avec…] LESCOP

L’Actuzik à rencontré Mathieu Peudupin, alias Lescop, durant son passage au festival Pause Guitare d’Albi. Entre les balances et le début du concert, rencontre avec un artiste atypique, figure montante de l’électro-rock à la française… C’est quoi donc ? Vous inquiétez pas, Lescop va vous expliquer :

 IMG_3396

L’Actuzik : Bonjour, est-ce que tu peux te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ? Tes débuts de chanteur, avec le groupe Asyl, sont assez atypiques…

Lescop : Oui, j’étais fan du groupe, je les suivais sur les concerts. Et le chanteur a voulu arrêter, alors j’ai postulé, et je suis devenu chanteur comme ça. Et j’ai commencé à proposer mes textes, j’ai affiné mon travail d’écriture en en faisant des chansons.

L’Actuzik : Et comment tu es passé de ce groupe à la version ‘’solo’’

Lescop : Ben naturellement, l’envie de changement… D’un coté quelque chose qui s’essouffle, et le souffle que tu trouves ailleurs. Et j’ai fait des rencontres, comme Gaël Etienne, qui ont fait basculer les choses. Ce qui était intéressant c’était la nouveauté, ne pas savoir ce qui allait se passer, partir à l’aveugle.

L’Actuzik : Donc tu n’es pas tout seul… Qui compte en particulier ?

Lescop : Et bien Gaël Etienne. Et Johnny Hostile qui a crée le label « Pop Noire » pour moi, qui m’a encouragé à écrire mes propres chansons. C’est arrivé aussi grâce à son envie de travailler avec moi.

L’Actuzik : Pour les néophytes, ta musique est classée dans le courant Cold Wave… Tu peux expliquer ? Tu t’y reconnais ?

Lescop : Je sais pas, je m’en fous… Faut demander aux gens qui ont inventé ça… On peut l’appeler comme on veut, ce qui compte c’est qu’il y ait de l’émotion.

L’Actuzik : Alors tes influences c’est quoi ? Dans quoi tu te reconnais ?

Lescop : Ben si, y’a de ça : cold wave, new wave… Les années 80… J’ai grandi avec ça, et puis le punk, le glam rock. J’étais un gros fan de Bowie, T-Rex, de Roxie Music, le rock n’ roll des années 50. Moi j’aime les chansons courtes. Le point commun entre Presley, Les Sex Pistols, T-Rex et Daho, c’est qu’ils ont des chansons accrocheuses, qui font 3 minutes 30. J’aime bien les tubes, la musique populaire.

L’Actuzik : C’est vrai que dans tes morceaux, l’aspect musical est très en avant par rapport au texte…

Lescop : Moi ce que je reproche actuellement à la chanson française c’est que toutes les musiques se ressemblent, c’est les mêmes mecs qui arrangent, qui mixent, y’a que le texte qui change. Je trouve qu’une bonne chanson c’est une chanson où on n’a pas besoin de comprendre les paroles. Y’a eu un âge d’or de la chanson française avec Brel, Gainsbourg, Piaf, que même les américains et les japonais connaissent. La qualité était là parce que la musique était là. Y’a eu une période où la chanson française était beaucoup plus dans la musique, dans la mélodie. Aujourd’hui tout est crée pour la voix, pour mettre la voix en avant, et moi ce n’est pas ma vision des choses.

L’Actuzik : Pourtant tu fais attention à tes textes aussi…

Lescop : Oui, il ne peut pas y avoir de bonne chanson sans bon texte. Mais même sur des chansons naïves comme sur ‘’Tous les garçons et les filles de mon âge », ce qui compte c’est la musique, l’esthétique, et finalement même le texte qui peut paraitre très simple résonne et fonctionne.

L’Actuzik : Du coup, tes chansons à toi elles parlent de quoi ?

Lescop : Ce sont des chansons d’amour… Sur la façon dont on tombe amoureux, dont on vit la relation amoureuse… Aujourd’hui on est très centré sur ses petits questionnements, on est très inconstant. On vit une époque où on peut tomber amoureux tout le temps. Mais j’y crois… La musique doit servir à embellir la vie des gens, donc mes chansons racontent ça.

L’Actuzik : et la suite, qu’est-ce qui t’attend ?

Lescop : On va essayer de sortir un peu de France : Allemagne, Islande… Et des envies de collaborations nouvelles pour le nouvel album que j’ai commencé à écrire. Mais je cherche de vrais partenaires, prendre mon temps. Qu’un processus se mette en place avec des gens impliqués.

L’Actuzik : Et des artistes à nous faire découvrir ?

Lescop : et bien je fais de la pub pour les amis : AV, Mustang, La femme, Aline… Toute cette bande là. On se retrouve sur le thème de la musicalité. Y’a quelque chose qui se passe en France et c’est bien. Des gens qui ont une esthétique marquée mais qui cherchent des influences extérieures. Qui essaient de réinventer la pop française, d’aller plus loin, de faire école. Mon rêve ce serait qu’un étranger écoutant Lescop, Mustang, Aline, se dise : « Ah, ca c’est vraiment le son français ! » Et influencer à l’étranger, comme nous on a été influencé par les Cure, Nirvana…

Propos recueillis par Cathy

Les articles déja parus sur LESCOP dans L’Actuzik:

http://lactuzik.com/2013/02/26/pop-cold-wave-lescop-la-nuit-americaine-clip/

http://lactuzik.com/2012/11/08/pop-cold-wave-fr-lescop-la-foret/

Et enfin le site de Pop Noire, le label de Lescop, et le facebook de l’artiste:

http://www.popnoire.com/lescop_fr

https://www.facebook.com/lescoplescop

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s