[Rencontre avec…] ODEZENNE

 

Image

Ne dites pas à Odezenne qu’ils sont un groupe de rap… Vous allez les agacer. Et puis pour être honnête, c’est vrai que leur musique peut difficilement être réduite à un seul genre. Elle déborde des cases et des conventions, et c’est tant mieux : chant hip-hop certes, mais aussi instrumental, électro, et des textes qui révèlent une forte influence chanson française… Odezenne est dans l’expérimentation, dans l’exploration de sa propre musique avant de se calquer sur un modèle ou un style.

L’Actuzik les a rencontrés dans le cadre de la tournée de leur deuxième album OVNI (« Orchestre Virtuose National et Incompétent ») et de leur concept « Odezenne à la demande » : Un évènement Facebook pour proposer de jouer à Toulouse, 700 inscrits en quelques heures, et les voici le 3 juillet au Connexion… On vous a dit, ces gagnants du Fair ne font pas tout comme tout le monde… :

L’Actuzik : Tout bêtement est-ce que vous pourriez commencer par présenter votre groupe et les personnes qui le composent, puisque Odezenne ce n’est pas seulement deux chanteurs…

Odezenne : Le groupe c’est 4 personnes, un dj, deux chanteurs/auteurs et un musicien/compositeur. On a commencé en 2007 dans une cave à Bordeaux et puis on a été Découvertes du Printemps de Bourges, des Francos… On a écumé les tremplins, sans l’aide de personne, aucun label, juste des gens qui de temps en temps nous on repérés, et puis nous voilà à Toulouse…

L’Actuzik : C’est ce concept d’ «Universeul », le label que vous avez crée pour vous…

Odezenne : C’est une « major indépendante »… On a monté une asso au départ pour payer les factures et maintenant elle est productrice de musique, de clips, bientôt de concerts. On a tiré des leçons des refus, alors on s’est débrouillés seuls et on a pris goût à ça. On a vendu plus de 10 000 disques, et on l’a fait avec un petit distributeur, sans les grandes chaînes… On nous a dit qu’on était du ‘’rap de niche’’, avec un potentiel de vente de moins de 1000 disques… Donc on se dit qu’il y a une industrie musicale un peu sourde aux goûts du public … C’est pour ça aussi qu’on a crée l’idée d’ « Odezenne à la demande », parce qu’autrement on ne serait même pas venus jouer à Toulouse, alors même qu’en 2heures on avait 4000 invités et 700 inscrits… Après, le risque c’est de passer tout son temps là de dedans, à se battre, au lieu d’écrire, etc. Alors faut vraiment s’accrocher…

L’Actuzik : Comment vous présenteriez votre style à quelqu’un qui débarque ?

Odezenne : Un mélange de rap, d’instrumental et d’électro… Un mélange d’univers… On fait ce qu’on peut ! L’idée c’est que le public ait l’impression qu’il n’y ait qu’un seul auteur-compositeur alors qu’on est trois dessus… Comme une course de Bobsleigh… Etre tous ensemble avec le même objectif, pour faire la plus belle course. Dans la vie aussi on travaille ensemble, on vit pratiquement tous ensemble… Donc le groupe c’est un genre d’hydre à plusieurs têtes…

L’Actuzik : Vos textes alors, sont marqués par qui ou quoi ?

Odezenne : Ca parle d’histoires personnelles… On est influencés par ce qu’on lit, ce qu’on écoute. De Bernard et Bianca à Bethov, en passant par Kundera, Vian, Gainsbourg, Ferré, Brel, Trenet, Barbara… Dans les trucs plus récents c’est plus dur mais y’a « Arne Vinzon », « Salut c’est cool », « Sexy Sushi », « Non Stop » (« J’ai rien compris mais j’suis d’accord »)… Des gens qui tentent et qui disent des choses.

L’Actuzik : Et par rapport au reste du rap français, vous vous situez comment ?

Odezenne : On ne se situe pas… On en a beaucoup écouté mais on en écoute plus. D’ailleurs sur l’album il n’y a qu’ « Hirondelle » qui est traité comme un morceau de rap. Le reste est traité vraiment différemment… On ne fait pas de featuring, ni de freestyle… On fait autre chose.

L’Actuzik : Quand on regarde vos clips on voit beaucoup de second degré, que vous ne vous prenez pas trop au sérieux…

Odezenne : Ben oui, heureusement. Et puis la création et le développement du projet sont assez lourds, ça demande du sérieux et du courage, donc il faut bien rire un peu aussi. Et puis à coté on est des gens qui aiment rire, on est heureux, donc ca nous permet de nous tacler entre nous, de se foutre de notre propre gueule, aussi parce qu’on est tous potes. Faire des choses à peu près sérieuses sans se prendre au sérieux. Et on est pas des donneurs de leçons, ce qui nous éloigne aussi du rap…

L’Actuzik : Et la suite… ?

Odezenne : On va finir La tournée OVNI le 3 aout à Montréal dans un gros festival. Et ensuite Berlin ou Prague pour composer et enregistrer le prochain album…

Propos recueillis par Cathy et Gwen

 Et pour suivre l’actualité d’ODEZENNE:

Le site: http://odezenne.blogspot.fr/

Et le Facebook: https://fr-fr.facebook.com/odezenne

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s