[Rock on the Wild Side] by N.C. #3 – Kurt Vile

On peut rencontrer toutes sortes de gens intéressants et bizarres lors des concerts de rock. Parmi le cortège d’allumés aux yeux de feu réunis pour la grande messe se trouvent parfois des relous hystériques qui chantent trop fort et trop faux, ou des flambys qui tapent mollement du pied – souvent à contre temps – en râlant qu’il n’y a pas de places assises.

Au milieu de ceux qui tombent dans les vapes et de ceux qui décollent vers les cimes, deux groupes d’individus se distinguent nettement de par les réactions extrêmes qu’ils peuvent provoquer chez ceux qui les auraient approchés de trop près. A proximité exigüe, risque majeur, l’arpenteur aguerri des scènes nocturnes le sait bien.  Les cons sont bien trop nombreux et campent à nos portes, toujours alertes, prêts à bondir et à pomper le sang des malheureux qui trainaient par là. La vigilance est requise car les vicieux arrivent à se faufiler jusque dans les antres les plus reculés. Il y a ceux qui se mettent toujours au premier rang, collent les musiciens comme des sangsues, les saluent comme s’ils étaient des dieux, gueulent le nom des chansons qu’ils voudraient entendre en mode tu es mon jukebox vivant, tant pis si je t’emmerde, tu es là uniquement pour moi.  Même durant ta prime jeunesse, lorsque tu passais tes nuits à écouter ton groupe préféré dans ton pieu, le casque sur les oreilles, en rêvant deux mois à l’avance de les voir enfin en live, tu ne te serais jamais permis cela. Qu’ils aillent rôtir sur les projos des concerts de groupes à minet-tes, tels des moustiques swinguant sous vodkas redbull, et qu’ils nous foutent la paix. Bande de groupies post ado dégueulasses…

A contrario, il y a ceux, plus discrets mais tout aussi énervants, qui rodent généralement autour du bar après le show et qui se targuent de tout connaitre, analysant les moindres faits et gestes, les moindres écarts. Ceux la même qui ne frétillent que pour les démonstrations d’artifices, les solos interminables et les dégueulis de flonflons. Du nouveau, du tendance, ces pauvres couillons n’ont que ces mots à la bouche. Pour eux, un gars comme Kurt Vile n’est qu’un folkeux père au foyer, rikurt vileen de bien flamboyant. Pas de rock star, de glamour ni d’ambition pharaonique à l’horizon. Pour sûr, l’apparente simplicité des compositions du natif de Philadelphie, ancien membre du groupe The War on Drugs, cache une subtilité et une ambiance unique si l’on n’attend pas des effets de style et autres mouvements clinquants à tout prix, si l’on prend le temps de se pencher dessus, simplement. Il faut s’isoler pour voir toute la beauté qui se dégage des chansons de Kurt Vile et de son groupe, The Violators. Influencé par Neil Young et Pavement pour ne citer qu’eux, K.V. a réussi au long de ses différents albums solos à créer une atmosphère spécifique teintée de chansons où la solitude se narre à la lueur de l’aube, enveloppée d’un son chaud aux tons amers et mélancoliques. La voix est souvent douce et indolente, planquée sous un florilège d’arpèges exquis, parfois tranchants. L’invitation au retour vers soi est faite, le chemin est peut être tortueux, il n’en est pas moins tracé. Point de grandes montées ici, ni d’envolées lyriques grandiloquentes, les coups d’éclats reposent sur les détails délicats des sons qui valsent, nonchalants, autour d’un fil tendu. Le fantôme de Nick Drake plane au dessus de la chevelure ondulée du bonhomme qui s’avère être un des grands songwriters de notre époque. A vous, à présent, d’en juger en écoutant son dernier album, le sixième, Wakin on a pretty daze sorti le 9 avril dernier sur Matador Records.

Kurt Vile

Hunchback

Runner Ups

Baby’s Arms

Never Run Away

 Wakin On A Pretty Daze

Pour en savoir plus et rester informé des actualités de Kurt Vile :

SITE OFFICIEL     ♦     MYSPACE     ♦     FACEBOOK     ♦     TWITTER

 ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Et pour rester au contact de l’actualité musical pop, rock, électro et alternative, un petit Like sur le Facebook de l’Actuzik :

CLIQUEZ ICI

Logo Actuzik Nom Noir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s